Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
Ringo Starr : ''Liverpool 8''
Critique MusicaleStrawberry a écouté pour nous le nouvel album de Ringo Starr, « Liverpool 8 », qui sort aujourd’hui même (15 janvier 2008). Voici ses premières impressions sur le 15e disque solo de l’ancien batteur des Beatles...

En apparence, tout est séduisant. Elégante et nostalgique, la pochette de l’album est probablement la plus réussie de toute la carrière solo de Ringo Starr. Du côté de la « distribution », comme on dit au Cinéma, une bonne nouvelle attend le public, fans ou non : la présence de Dave Stewart, à la fois co-producteur et co-writer des douze titres que comporte Liverpool 8. La collaboration, longue et fructueuse sur le plan artistique entre Starr et Hudson (celle-ci a débuté en 1998 avec l’album Vertical Man) s’est enfin conclue, de crainte qu’un hypothétique prolongement n’amène rien de neuf. En réécoutant la dernière œuvre en date, Choose Love (2005), il est aisé de comprendre que les deux compères avaient bouclé la boucle et tournaient irrémédiablement en rond.

Liverpool 8 s’inscrit sous le signe du changement…. mais à partir de la seconde piste seulement ! En ouverture, la chanson qui allait donner son titre à l’album n’est qu’une caricature vulgaire de la musique de Ringo Starr… Souvenirs ressassés de l’ère Beatles, texte minable et chant à l’extrême limite de la tessiture du sympathique batteur, l’ensemble serait sans intérêt si une assez jolie mélodie ne venait le rendre passable. Les choses sérieuses débutent heureusement dès le second morceau (Think about you), entraînant à souhait, et peu éloigné de ce que pouvait livrer Ringo entouré des Roundheads de Mark Hudson. Puis arrive au galop le tournant radical et attendu avec For Love : la voix, posée et appliquée, travaille sur des arrangements très « années 90’ », une pincée de bon goût en plus. La rythmique est innovante, l’air et les mots deviennent vite pénétrants : Liverpool 8 commence à décoller...

Par la suite, il sera sage de pardonner à Ringo une petite faute de goût avec la présence inutile du court titre Gone Are The Days ; car le cœur de l’album vibre d’une inspiration retrouvée, quelque part entre une pop agréable et intuitive sans être banale et des variations de genre réussies (Pasadobles, R U Ready ?). L’hommage rendu à Harry Nilsson vaut largement le Never Without You écrit il y a cinq ans déjà pour George Harrison, et Ringo parvient même à se montrer attachant alors qu’il interprète - le soin et la maturité au rendez-vous - Give It a Try et la ballade Love Is, une sorte de I’m Yours (cf. Vertical Man) revisitée.

A l’écoute de Liverpool 8, la certitude d’avoir affaire à un bon petit album mené tambour battant par une légende vivante qui en a encore sous la baguette (la partie de batterie sur Now That She’s Gone Away en témoigne) contraste avec la difficulté de réellement évaluer cette œuvre toute fraîche. Délicat par exemple de citer un titre réellement au dessus du lot. Contrairement à Time Takes Time ou Ringo Rama, aucune trace de véritable brûlot, pas de Weight of the World ou d’Instant Amnesia.

Tant pis pour la postérité, après tout. Ringo a connu ses heures de gloires, avec ou sans les Fab. L’essentiel n’est-il pas finalement de continuer à enregistrer de la bonne musique ? Quelle que soit la réponse, nous voilà quand même bien heureux en songeant que ce fier Liverpool 8 sera à ranger un bon cran au-dessus de son prédécesseur, le décevant Choose Love.

Longue vie à Ringo, et vivement la prochaine galette !


Ringo Starr, Liverpool 8.
Sorti le 14 janvier 2008. Album CD. EMI/Capitol.

Proposé par : Passant(e)
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Critique Musicale
· Nouvelles transmises par Strawberry


L'article le plus lu à propos de Critique Musicale:
The Who - ''Endless Wire''

 
 
Article Rating
Average Score: 5
Votes: 1


Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
 
Sujet(s) associé(s) à l'article

Critique Musicale
 

:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.20 S